mercredi 2 décembre 2015

Galerie 9/ L'empêchement/ retour sur image2

Ici, je montre mes productions. Pour voir l'ensemble, la semaine de travail à la galerie,  la soirée de vernissage, le travail de Sophie Chazal, Cyrille Lefèvre, Emilie Salquèbre, et de Sarah Monnier (qui a passé pas mal de soirée avec nous) et les oeuvres de Kathia qui est venu participer le soir du vernissage. 
C'est sur le blog du A






On pouvait voir d'autres photos sur lesquelles tombaient du sel lorsque les gens touchaient un sac suspendu au dessus,  pour la première fois une série de dessin sur la guerre réalisée sur place et une vidéo mêlée aléatoirement avec une réalisation d'Emilie Salquèbre.



Galerie 9// l'empêchement// retour sur image1

Ici, je montre mes productions. Pour voir l'ensemble, la semaine de travail à la galerie,  la soirée de vernissage, le travail de Sophie Chazal, Cyrille Lefèvre, Emilie Salquèbre, et de Sarah Monnier (qui a passé pas mal de soirée avec nous) et les oeuvres de Kathia qui est venu participer le soir du vernissage.  C'est sur le blog du A


Phase de sadisme 1
Envoyer de la poudre de bois à la tête du modèle.
L'empêcher de voir, de contrôler son image. Figer la réaction plutôt qu'une création à deux, c'est reprendre l'ascendant dans une relation photographe / modèle. C'est rompre une relation créée sur un temps long, basée sur une forme de confiance. C'est peut-être s'empêcher soi-même sur le long terme en créant une relation déséquilibrée. C'est un hommage aux anciens tirs photographiques et nouvelle salles de shoot peut-être, tout en empêchant la position d'acceptation, de participation à quelque chose. Un hold-up?
En empêchant le modèle, n'est-ce pas au final celui qui regarde qui est empêché ? Par des portraits sans figure et des visages qui deviennent des corps, on prive de regard celui qui regarde.
Prolonger l'empêchement par la fabrication d'un objet qui n'est plus totalement photographique. Somme de brisures de papier pour récréer une image entière, mais qui empêche le regard global par des différences de matières et d'opacités.

Placer ces objets dans un espace sans recul, derrière une porte qu'il faut fermer pour regarder. Il faudrait reculer pour mieux voir mais une autre oeuvre nous en empêche.



Phase de sadisme 2
Lier les modèles par la taille, les chevilles, les obliger à se déplacer de manière conjointe, aller jusqu'à la rupture, revenir.
L'autre, par le poids de son amour, de son amitié, par la place qu'il a dans notre vie, dans notre espace vital, empêche-t-il ?
Trop près, trop proche.
L'autre est-il une entrave, il retient, il est retenu.
Pour briser cette attache, toutes les demi-heures, une image va fondre comme peuvent se dissoudre les relations parfois trop intestinales.